Home | BAC/Teze | Biblioteca | Jobs | Referate | Horoscop | Muzica | Dex | Games | Barbie

 

Search!

     

 

Index | Forum | E-mail

   

 Le mot Internet est apparu en France en 1996 et il a fait rapidement fortune dans les medias. Un an apres, une enquete revelait que 70% des 18-24 ans etaient interesses a Internet. Bienvenue sur ScoalaOnline !

 

 
 
 
 
 Meniu rapid  Portalul e-scoala | CAMPUS ASLS | Forum discutii | Premii de excelenta | Europa





 

 

 

Retour à l'index

L’ECONOMIE DE LA FRANCE


L’économie représente un aspect de civilisation, qui remonte à une certaine permanence et habitude structurale de pensée, définitoire pour chaque culture. La société, les coutumes, l’histoire, la politique et l’économie, y compris, constituent ainsi les paramètres d’une civilisation “ made en France ”, dans notre cas, donc une civilisation démocratique par excellence.
L’économie française se caractérise par des fluctuations cycliques. Ainsi se présentent-elles depuis 1970 :
• 1969-1973-dernière phase des “ trente glorieuses ”
• 1974-1975-récession déclenchée par le premier choc pétrolier
• 1976-1979-expansion caractérisée par un fort “ rebond ”
• 1980-1981-récession déclenchée par le deuxième choc pétrolier
• 1982-expansion médiocre
• 1983-1985- récession; politique de désinflation compétitive
• 1986-1990- expansion modérée
• 1991-1993- récession
• 1994-1995-expansion
• 1996-1997- récession
Depuis les années 1970, les fluctuations cycliques sont nettement plus marquées qu’auparavant.
Quant à l’inflation, la France utilise une politique de désinflation, efficace, mais certainement coûteuse en termes d’activité, de pouvoir d’achat et d’emploi. Cette politique utilise 3 instruments :
-le crédit et la masse monétaire, car une création monétaire excessive n’alimente pas la consommation des agents;
-le taux de change : la stabilité de la monnaie, vis-à-vis du mark (ce n’est plus valable depuis le 1er janvier 1999);
-les salaires : sous la contrainte d’un crédit rare et d’une concurrence extérieure accrue, les entreprises ne cèdent plus aux revendications salariales.
Le financement de l’économie française s’est profondément changé. Jusqu’au tournant des années 1980, le crédit bancaire palliait l’insuffisance de l’épargne. Depuis lors, les placements et produits financiers ont fait régresser la création monétaire et une cause essentielle de l’inflation a ainsi disparu.


LA PRODUCTION


Les branches

Les branches regroupent les entreprises ou fractions d’entreprises de même activité. Dans l’économie française, comme dans celle des autres pays développés, les branches industrielles, du bâtiment et de l’agriculture déclinent, tandis que la plupart des branches de services prennent de plus en plus importance.
Ce sont les services qui créent le plus de richesses en France : ils représentent en 1997, 72.5 de la valeur ajoutée brute totale. Les 5 branches les plus importantes appartiennent toutes au secteur tertiaire et totalisent à elles seules 56.4 de la valeur ajoutée. Il s’agit :
-des services non-marchands (les administrations)-18.9%
-du commerce-10.8 %
-des services marchands aux particuliers (télécommunications)-10.4%
-des locations immobiliaires-10%
-des services non marchands aux particuliers (cinéma, café etc.)-6.3%

Le bâtiment et l’industrie au sens large représentent 28.5% et l’ensemble agriculture, sylviculture et pêche ne représentent que 2.4%. Les pertes d’emplois se sont concentrées dans l’industrie dans l’industrie manufacturière, dans l’agriculture et dans le bâtiment. Les gains se sont concentrés dans les services marchands (transports, télécommunications) et non marchands (d’administration).

La vie des entreprises.

Les entreprises naissent, vivent et meurent. Malgré les nombreuses naissances, l’impact sur l’activité économique est relativement faible. Il s’agit, en effet, essentiellement de petites entreprises individuelles des services et du commerce dont la durée de vie est souvent brève et qui créent peu d’emplois. C’est le répertoire “ Sirène ” qui enregistre leur nom, sigle, statut juridique, date de création et, éventuellement, date de cessation d’activité.
Depuis dix ans, chaque année en moyenne 290 000 d’entreprises environ sont créées en France. Cependant, il ne s’agit d’entreprises nouvelles que pour un peu moins de 62% d’entre elles; les autres correspondant à des rachats et à une reprise d’activité après interruption.

Qui crée une entreprise ?

Les Français sont peu nombreux à se lancer dans la création d’entreprises : seulement 0.6% des 19-65 ans font le pas chaque année. La cause en est le manque de dynamisme, la lourdeur des formalités administratives, la frilosité des banques, le manque de confiance dans l’avenir.
Une autre cause serait le fait de considérer l’insertion économique des individus comme la recherche d’un emploi déjà existant et non comme la création d’un futur emploi.
Les principaux créateurs d’emplois sont les hommes ayant moins de quarante ans et qui sont des anciens chômeurs.

Les “ hénokiens ”

Il y a en France, à côté de ces entreprises passagères, d’autres bicentenaires appartenant toujours à leur famille d’origine; elles se sont organisées dans une association mondiale d’entreprises bicentenaires. Les voilà :

• 1613- Mellerio dits Meller (joailler)-Paris
• 1639- Hugel&Fils (viticulteur)- Riquewihr
• 1679- Vieillard Migeon&Cie (visserie)- Morvillards
• 1685- Maison Gradis (commerce)- Paris
• 1690- ETS Pierre Delamare (négoce du bois)- Criquebeuf
• 1723- Tissages de Nantes (linge)- Voiron
• 1755- Marie Brizard (distillateur)- Bordeaux
• 1760- ETS Griset (lamineur)- Aubervilliers
• 1722- Editions Henry Lemoine (éditions musicales)- Paris
• 1797- Louis Latour (viticulteur)- Beaune


Les grands groups français


Les grands groupes français sont concentrés dans les secteurs de l’énergie, des automobiles, des télécommunications et de la banque, auxquels s’ajoutent les monopoles publics de l’électricité, du courrier et du rail. Ils ont la dimension européenne, mais ne se situent pas parmi les plus grands groupes mondiaux.

La taille des grandes groupes français

En 1997, dans les secteurs de l’industrie et des services, dix groupes dépassent les 100 milliards de chiffre d’affaire (CA). Ces groupes sont : Elf-Aquitaine (pétrole, chimie, santé), Renault, Total (pétrole, chimie), Suez-Lyonnaise des eaux, EDF (électricité), Peugeot-Citroën, Alcatel, Vivendi (communications), France-Télécom et Saint-Gobain (matériaux, emballages). Dans le commerce, cinq groupes relèvent de cette catégorie : Carrefour, Groupement des mousquetaires, Auchan et Leclerc Promodès. Dans la banque, le bilan total de huit groupes dépasse 1000 milliards : Crédit Agricole, Société Générale, BNP, Crédit Lyonnais, Paribas, Caisse de l’Epargne, Dexia et CDC.
Les groupes les plus profitables sont : le Crédit Agricole, Total, Danone, Carrefour, l’Oréal, Michelin et LVMH (l’industrie de luxe).

L’énergie

Au défi des chocs pétroliers, La France a apporté des réponses classiques : produire plus d’énergie, en consommer moins. Mais elle est la seule à avoir développé un ambitieux programme de production d’électricité d’origine nucléaire.

Le système bancaire

Dans un contexte de vive concurrence, le système bancaire français a dû affronter ces dernières années une conjoncture particulièrement difficile, marquée par une crise immobilière et par la baise de la demande de crédit. Il s’adapte lentement, mais sa rentabilité est encore très éloignée de celle de ses concurrents étrangers.

Les ensembles du système bancaire français

Il y a trois grands ensembles bancaires. Les banques composant l’Association française des banques (AFB) sont des sociétés commerciales dont l’actionnaire peut être privé ou public, français ou étranger. Les trois plus grandes sont : le Crédit Lyonnais, la BNP et La Société Générale. Les banques AFB représentent 58% du bilan du système bancaire.
Les banques mutualistes et coopératives constituent des réseaux décentralisés. Les trois réseaux les plus importants sont : Le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel et les Banques Populaires. Elles représentent actuellement 19% du bilan total, le reste de 23% du bilan bancaire appartenant au réseau public constitué par la Caisse de Dépôts et Consignations (CDC), les 34 Caisses d’Epargne et de Prévoyance (“ L’Ecureuil ”) et la Caisse Nationale d’Epargne (“ La Poste ”).

L’EXTERIEUR

• La politique du franc fort

Pendant plus de dix ans, la Banque De France a voulu faire du franc une monnaie aussi stable que le mark, en conservant une parité franc-mark constante. La volonté d’aller vers la monnaie unique fut une raison de ce choix de la politique monétaire. Une parité stable franc-mark, pendant une période suffisamment longue, en a constitué la phase préparatoire.

• La politique monétaire avant l’euro

La politique monétaire avant l’euro a eu pour objectif de réaliser la monnaie unique et donc de satisfaire à deux critères de convergence : inflation faible et taux de change stable, c’est-à-dire stabilité de la valeur externe de la monnaie. Jusqu’au 1er janvier 1999, cet objectif a consisté à maintenir les parités désormais irrévocables avec les dix autres monnaies participant à la monnaie unique.

• Du franc à l’euro

Il y a eu plusieurs étapes dans le passage du franc à l’euro. Premièrement, le traité de Rome (1957) a permis la réalisation d’une Union douanière (1968). Puis, l ‘Acte unique européen a conduit à un marché unique (1993). Le traité de Maastricht (1992) a construit une union économique et monétaire. Celle-ci voit le jour le 1er janvier 1999 avec l’arrivée de la monnaie unique : l’euro. A partir de cette date, le franc devient une simple subdivision non-décimale de l’euro. De plus, l’euro investit la totalité de la sphère financière, car le marché national est remplacé par un marché unique sur lequel les transactions se font en euros. La France a renoncé à une politique monétaire propre et autonome. Néanmoins, les objectifs ressemblent beaucoup à ceux de la Banque de France.

• Les subdivisions de l’euro

La subdivision de l’euro est le “cent”. Dans la langue française, ce choix pose un problème en raison de l’homonyme “cent” (de “centaine”) ; il ne faut pas confondre “deux cents d’euros” (0.02 euros) et “ deux cents euros” (200 euros). Aussi la Commission Générale de la Terminologie et de Neologie (CGTM) conseille-t-elle d’utiliser plutôt “centime” que “ cent ” et pendant la période de transition “ eurocentime ” afin de ne pas confondre la centième partie de l’euro et la centième partie du franc.

Retour à l'index

Coordonator sectiune: Marinela Tane | Asistenti: Dan Radu | Madalina Burtan | Andreea Baranga | Isabela Stefanut
+ Asociatia Studentilor din Facultatea de Limbi Straine

 

Home | BAC/Teze | Biblioteca | Referate | Games | Horoscop | Muzica | Versuri | Limbi straine | DEX

Modele CV | Wallpaper | Download gratuit | JOB & CARIERA | Harti | Bancuri si perle | Jocuri Barbie

Iluzii optice | Romana | Geografie | Chimie | Biologie | Engleza | Psihologie | Economie | Istorie | Chat

 

Joburi Studenti JOB-Studenti.ro

Oportunitati si locuri de munca pentru studenti si tineri profesionisti - afla cele mai noi oferte de job!

Online StudentOnlineStudent.ro

Viata in campus: stiri, burse, cazari, cluburi, baluri ale bobocilor - afla totul despre viata in studentie!

Cariere si modele CVStudentCV.ro

Dezvoltare personala pentru tineri - investeste in tine si invata ponturi pentru succesul tau in cariera!

 

 > Contribuie la proiect - Trimite un articol scris de tine

Gazduit de eXtrem computers | Project Manager: Bogdan Gavrila (C)  

 

Toate Drepturile Rezervate - ScoalaOnline Romania